J’ai été soudeur, électromécanicien et peintre en carrosserie !

A la gendarmerie, j’ai eu la chance de tomber sur des personnes très compréhensives. J’avais 20 ans quand Arthur Marchal, un ami de papa qui est devenu mon parrain de cœur dans la gendarmerie, a dit au directeur du personnel de l’état-major : « Ce gamin fait beaucoup de sport le week-end. N’y aurait-il pas moyen de lui trouver une place dans un bureau ? » Voilà comment je me suis retrouvé au centre logistique à Uccle. Je faisais un travail de bureau, à savoir l’inventaire de pièces de véhicules, et j’avais un horaire qui me permettait d’aller à mes entraînements en semaine et à mes matches le week-end.

Une fois ce travail d’inventaire terminé, j’ai demandé à rester au centre logistique et je me suis retrouvé à la fabrication de pièces. J’ai dû suivre une formation de soudeur puis une formation d’électromécanicien à la caserne Saint-Jean de Tournai qui a duré neuf mois. Je me rappelle que je faisais la route tous les jours car Josette était enceinte. Mon brevet en poche, je suis rentré à la caserne à Uccle en pensant faire de l’électromécanique. Mais non ! Il ne fallait pas chercher à comprendre la logique de la gendarmerie. On m’a assigné à la carrosserie : je devais peindre. Je n’avais jamais peint des carrosseries donc j’ai de nouveau été envoyé en formation à l’ONEM pendant quatre mois…

Après quatre, cinq ans, j’ai dû arrêter à cause de problèmes d’estomac. Les vapeurs de peinture, ce n’était pas bon pour moi. Nous avions acheté un appartement juste en face de l’état-major de la gendarmerie et je m’étais dit « Dès qu’il y a une place, peu importe le service, je postule ». C’est ce que j’ai fait. Je suis donc entré au service qui traitait les statistiques des accidents de la circulation. C’est là que j’ai connu les deux personnes qui m’ont accompagné tout au long de ma carrière en Division 3, Division 2 et Division 1 : mon chef de bureau Luc Baetens et le capitaine-commandant Freddy Eeckhoudt. Ils sont devenus des amis. Ils m’ont toujours soutenu et ils m’ont permis de prendre congé quand je devais partir à l’étranger.

NEWSLETTER
Envie d’en découvrir plus ? Inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter. Vous recevrez régulièrement (mais pas trop régulièrement, rassurez-vous) des e-mails de ma part avec des infos… et des surprises. Rassurez-vous: vous ne serez pas spammé !

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

2 Replies to “J’ai été soudeur, électromécanicien et peintre en carrosserie !”

  1. Je me rappelle bien des FAC qui servaient aux statistiques accidents pour lesquelles j’ai écrit plusieurs programmes. Il y avait aussi le Roi Vanrysekberg.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *