Cinq arbitres et une maman

Je m’appelle Marcel Javaux. Je suis né le dimanche 19 février 1956, à Villance (commune de Libin en province de Luxembourg), au-dessus de la boulangerie de mes parents, Auguste Javaux et Marie-Louise Duchêne. Je suis le deuxième d’une famille de quatre garçons. Dans notre maison, à Villance, cela respirait le football. Comme mon père, les quatre garçons ont tous été arbitres. Papa a officié jusqu’en première provinciale et après ses années en tant qu’arbitre, il est devenu membre-formateur de la CPA Luxembourg (commission provinciale des arbitres).

Jean-Luc, mon frère aîné, a sifflé jusqu’en deuxième provinciale puis il a arrêté quand il a commencé des études à l’Université de Bruxelles. Arbitrer en province de Luxembourg devenait compliqué pour lui. 

Le troisième, Robert, a sifflé jusqu’en Division 3 et il était à la porte de la Division 2 quand il a mis un terme à sa carrière arbitrale pour raisons privées. Il a toutefois arbitré une rencontre de D2 Boom-Genk lors de la saison 92-93. Une rencontre qu’il a commencée à siffler à partir de la 8ème minute parce que l’arbitre officiellement désigné pour cette joute s’est dit blessé (en réalité, il ne voulait pas être examiné par le membre CCA présent dans la tribune à ce moment-là). Il a aussi officié comme juge de ligne pour moi, notamment en Division 1, à Waregem – Lommel en mai 1993 pour le tout dernier match de sa carrière. 

Le quatrième de la fratrie, Philippe, le cadet, a sifflé jusqu’en première provinciale. Il était candidat pour monter en Promotion, mais il a arrêté parce qu’il a repris la boulangerie de nos parents, à Villance, et les deux activités étaient totalement incompatibles. Mais si Philippe avait continué, nous aurions pu nous retrouver à trois en Divisions supérieures, ce qui aurait été assez unique en son genre.

Ma maman ? C’était une acharnée ! Quand mon frère aîné jouait en troisième provinciale à l’ES Villance et que maman allait l’encourager, elle s’excitait sur le bord du terrain. Elle se serait battue pour défendre son fils. Quand j’étais à côté d’elle et qu’elle s’énervait trop, j’allais me mettre de l’autre côté du terrain. Moi, elle n’est pas souvent venue me voir arbitrer. Pas parce qu’elle ne voulait pas. Mais vu que papa venait le plus souvent assister à mes matches, il fallait que maman reste à la boulangerie pour s’occuper de la clientèle. Elle n’intervenait pas non plus dans les débats que nous avions sur le football. Mais c’est à elle que je me confiais pour raconter mes conneries et elle jouait l’intermédiaire auprès de papa pour que je ne me fasse pas trop engueuler. 

Et des conneries, j’en ai fait…

NEWSLETTER
Envie d’en découvrir plus ? Inscrivez-vous gratuitement à ma newsletter. Vous recevrez régulièrement (mais pas trop régulièrement, rassurez-vous) des e-mails de ma part avec des infos… et des surprises. Rassurez-vous: vous ne serez pas spammé ! 🙂

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

21 Replies to “Cinq arbitres et une maman”

  1. Très bonne idée M. Javaux que de créer ce site internet qui est déjà dans les favoris de mon navigateur. Vous nous manquez à la Tribune, même si je ne partageais pas toujours vos analyses tout en appréciant votre franchise et vitre sympathie !

  2. Bonsoir. Mon papa était arbitre du temps de votre papa et il a été jusqu’en division 3, et il faisait la ligne en division 1. Il a aussi arbitré à Liège le match des journalistes contre les vedettes, je l’accompagnais souvent et j’étais choyé par le délégué du club, que des bons souvenirs.

  3. Bravo pour cette initiative ! Cela permet de nous remémorer quelques bons moments de l’arbitrage dans le football belge ! Bonne continuation et longue vie à cette initiative !

  4. Excellente idée!
    j’ai été arbitre moi aussi pendant 14 ans, dans la province du hainaut. j’ai commencé trop tard pour prétendre à la montée en nationale et je n’en avais probablement pas les capacités. mais comme tous les arbitres j’ai bien entendu rêvé d’arbitrer des match internationaux…(lol)
    je me suis posé des tas de questions sur les déplacements à l’étranger, je suis curieux de savoir comment ils sont organisés, qui s’occupe des billets d’avions, des réservations d’hôtels, l’arbitre ou la fédération? si on viens vous attendre à l’aéroport, etc… ce serait interessant de nous expliquer un de vos déplacement de A à Z.
    encore merci pour ce nouveau site, je suis impatient de lire vos anecdotes…

  5. Quelle excellente initiative. Bravo à vous. Je vous ai toujours apprécié en tant qu’arbitre et plus encore en chroniqueur. Je me réjouis de vous lire. Avec votre verve, je suis certain de me régaler en entretenant la nostalgie….nous sommes de la même génération….

  6. Supporter de l union st gilloise,j ai toujours apprecie vos passages et commentaires a la Tribune triste de ne plus vous voir et je pense ” LE FOLKLORE DISPARAIT”
    Amities a vous MONSIEUR MARCEL

  7. Je vous remercie de nous faire vivre votre passion
    J’espère que votre santé et celle de votre épouse s’améliore.

  8. Que de souvenir, j’ai débuté arbitrage en 1977, en province de Luxembourg, visionné par votre papa Auguste, mon père avait repris le sifflet aussi en me conduisant au cours à Libramont.
    Je vous ai vu siffler a Paliseul, en 2eme provinciale, le rapporteur du match était Mr Gillet, cela reste des bon souvenirs.
    félicitation pour votre site.

  9. Bonjour Marcel. J ai eu l occasion et l honneur de faire la ligne pour le dernier match de ton frère Robert, a St.Louvain. triste fin de match et rentrée aux vestiaires en larmes 😢, pour son dernier match.

  10. En 1968 et 1969, j étais élève a l École Hôtelière de Libramont. J ai été appelé à effectuer mes divers stages à l Hotel du Vieux Jambon d Ardennes à Villance. Plusieurs fois, j ai du aller chez tes parents, a la boulangerie du village.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *